Articles publiés

Rapports

Archives de l'auteur

Archives générales

Galerie photos

Vidéos

Liens

 


 

Réseau québecois (et Français) d'urgences pour les mammifères marins

 

 

 

 

En France, nous avons la chance d'avoir PELAGOS. Monaco, la France et l'Italie constitue chacun un groupe de travail « sensibilisation et whale watching » sur le « Sanctuaire des Mammifères Marins en Méditerranée » afin de travailler pour le ministère de l'environnement.

Les 10 acteurs français du groupe de sensibilisation sont :

•  1) Ecole Pratique des Hautes Etudes de Montpellier (organisme scientifique)

•  2) Baleines et Dauphins sans frontières (association)

•  3) SNCM (société de transport maritime)

•  4) WWF France (organisme scientifique pour le programme « Cap Ligure »)

•  6) GREC (organisme scientifique)

•  7) RIMMO (association)

•  8) Delphinia Sea Conservation (association)

•  9) CETUS (association)

•  10) GECEM (organisme scientifique)

•  12) SOS GRAND BLEU (association)

Ce groupe se retrouve régulièrement à Hyères dans les bureaux du Parc National de Port - Cros. Toutes les décisions et les réunions sont prisent dans ces locaux.

Le groupe rassemble des associations scientifiques ou non, laboratoire, universités, écoles et professionnels de la mer.

Les données récoltées en mer par les différents acteurs scientifiques et participants sont apportées à Mr Beaubrun P.C, directeur du laboratoire de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE) basé sur Montpellier.

Au Canada, plus précisément dans la Province du Quebec, des dizaines de milliers de mammifères marins sont victimes d'incidents reliés à diverses activités humaines. Le Saint-Laurent ne fait pas exception à cette réalité impliquant au moins 13 espèces de mammifères marins, cétacés et phoques.

En 2004, un groupe d'experts recommandait donc la mise sur pied d'un réseau regroupant les organismes et les institutions du Québec qui intervenaient déjà auprès des mammifères marins. Le Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins voyait le jour. Ce réseau est le fruit d'un travail concerté d'une dizaine de partenaires :

•  Biodome de Montréal

•  Pêches et Océans Canada

•  Parcs Canada

•  Parc Aquarium du Québec

•  Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM)

•  Station de recherche des îles Mingan (MICS) ,

•  Réseau d'observation des mammifères marins (ROMM) ,

•  Centre québécois pour la santé des animaux sauvages (CQSAS)

•  Institut national d'écotoxicologie du Saint-Laurent (INESL)

 

 

Il jouit du support financier de Pêches et Océans Canada, du Programme d'intendance de l'habitat des espèces en péril du gouvernement du Canada, du Canadian Whale Institute et du National Fish and Wildlife Foundation.

Ce Réseau québécois d'urgences pour les mammifères marins permet « d'organiser, de coordonner et de mettre en œuvre des mesures visant à réduire les mortalités accidentelles de mammifères marins, secourir des animaux en difficulté et acquérir des connaissances auprès d'animaux morts (échoués ou à la dérive) dans les eaux du Saint-Laurent limitrophes du Québec ».

C'est par le numéro sans frais 1 -877-7 baleine (1-877-722-5346) que les utilisateurs et les riverains du Saint-Laurent sont invités à alerter.

 

 

Le GREMM   reçoit et gère les appels transmis au Réseau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Selon le cas, des équipes d'intervention peuvent s'organiser pour intervenir rapidement.

Le but de ce réseau permet de sauver les espèces menacées d'extinctions et de récolter des données sur les animaux morts.

Donc, lors d'un voyage au Québec, si vous apercevez un animal en difficulté, vous devez téléphoner au plus vite à ce numéro.

Merci pour eux !

Julien Marchal. Montréal/Canada. Septembre 2005.