Articles publiés

Rapports

Archives de
l'auteur

Archives générales

Galerie photos

Vidéos

Liens

 


 

Conférence des mammifères marins
Strasbourg

 

 

 

  Julien Marchal - Strasbourg - Février 2000

Introduction :

En janvier 2000, Greenpeace Internationale lançait sa « Campagne Baleine » jusqu'à la prochaine C.B.I (Conférence Baleinière Internationale) de juin prochain.

Depuis, les groupes locaux de chaque ville en France doivent s'organiser pour entreprendre des actions sur ce sujet.

De ce fait, le rapport est un début pour connaître les mammifères marins, étant dans une région éloignée de tout contact avec ce milieu. Les cétacés sont chassés dans certain endroit du monde et connaissent une pollution maritime sans précédent. Afin de pouvoir se défendre et expliquer l'essentiel, nous avions besoin d'un minimum de connaissance.

Je ne voulais pas faire quelque chose de trop compliqué afin d'être compris par l'ensemble du groupe et de nombreux schémas accompagnent le texte.

Bonne lecture.

 

1. Origine et Evolution :

            - L'origine des cétacés s'est posé de la manière suivante : trois groupes dont deux modernes et un groupe ancien. Le groupe ancien se trouve dans l'Eocène supérieur (40 ma) ou l'on y trouve les cétacés premiers ou  « archéocètes ». Ils vont disparaitres graduellement pour laisser place aux mysticètes et aux odontocètes, en pleine phase évolutive. A la fin de l'Eocène (38 ma), les deux groupes modernes apparaissent, qui donneront la forme approchée des cétacés actuels. Un groupe  va influencer à l'évolution  des cétacés : la famille  des « créodontes »,  carnivores  à quatre pattes. Une première histoire des cétacés est représentée par un créodonte vivant simplement près des rivières, occupant la niche de mangeurs de cadavres rejetés sur les plages par la mer. Puis, ils ont commencé à attraper les poissons piégés dans les lagunes temporaires littorales et les bassins. Ensuite, une mer riche en poissons à joué le rôle d'attracteur « passif » pour un « créodonte » devenu semi-aquatique un groupe de Condylarthres, les Mésonychidés, dont on retient le « Mésonyx », gros chien poilu, ancêtre des archéocètes. Le changement océanologique majeur de la fin de l'Eocène entraînant une augmentation fabuleuse de la productivité des océans, est la cause de la seconde expansion des cétacés qui signe la différenciation de deux groupes modernes. La dérive des continents et les changements de climat ont aussi une influence sur les cétacés. De ce fait, les cétacés ont quitté la terre et sont retournés à la mer, comme l'avaient fait beaucoup d'espèces reptiles avant eux.

            - Chez les mammifères marins, la proportion entre doigts, avant-bras et bras varient d'une espèce à une autre, ainsi que le nombre de doigts et celui des phalanges. La disposition de certains os du crâne chez les odontocètes est très profondément modifiés par rapport à celle d'un mammifère comme le chien. Le développement embryonnaire montre bien que l'ancêtre avait un crâne « normal » de mammifère terrestre. Agé, le foetus garde des proportions de celui du mammifère classique. Chez les mysticètes, le crâne est large, en rapport avec la grande ouverture de la bouche qui forme le piège à plancton, l'eau emmagasinée étant filtrée ensuite au travers des fanons.

Les deux méthodes pour connaître leurs origines :

a. Les Fossiles :

Les fossiles sont les seuls à pouvoir nous faire connaître la réalité d'êtres vivants différents de ceux d'aujourd'hui. Ils permettent aux cétacés de s'inscrire dans un cadre chronologique et dans un contexte écologique et géographique. Les fossiles seuls peuvent faire connaître la diversité passée d'un groupe, autre donnée de portée de la phylogénie moléculaire ou de l'anatomie comparée. On en a trouvé en Afrique du nord, en Asie dont l'Inde et le Pakistan.

Le problème avec les cétacés vient du fait qu'ils ont beaucoup divergé des autres mammifères en raison des contraintes de l'adaptation à la vie marine au point qu'il n'y a plus de caractères simples qui permettent d'établir leur rapport avec un autre ordre de mammifères. Leur existence soutient l'hypothèse que les cétacés modernes descendent d'un ancêtre unique.

 

        b. Phylogénie moléculaire :

Depuis trente années, un nouveau moyen de retrouve la généalogie des espèces est donnée par la biologie moléculaire. On parle de phylogénie moléculaire. Les molécules biologiques telles les protéines ou les gènes, peuvent entrer dans des comparaisons au même titre que des os ou des dents. Les protéines sont des chaînes d'acides aminés, les acides nucléiques (ADN : support de l'hérédité) qui constituent les gènes sont des chaînes de nucléotides. Tout changement d'acide ou de nucléotide est un caractère. Il y aura donc moyen de constater les différences, pour une même protéine ou pour un même gène, entre deux espèces quelconques. La différence sera d'autant plus grande que les espèces seront éloignées du point vu généalogique et que du temps se sera écouler entre chacune d'elles. A partir d'analyse faite, ils ont pu prouver que les hippopotames (famille des artiodactyles, dont le cochon) pourraient être plus étroitement apparentés aux cétacés.

 

2. Espèces :

Sur 4000 espèces de mammifères vivant sur notre terre, il existe 41 genres et 78 espèces de cétacés.

Odontocètes :

-         Platanistidés ou dauphin d'eau douce de l'Amazonie et de l'inde, de la Chine du sud.

-         Dephinidés ou dauphins, orque.

-         Phocaenidés ou marsouins.

-         Delphinaptéridés ou beluga et narval.

-         Physetéridés ou cachalots

 

Mysticètes (vient du grec « moustaches », cf.les fanons) :

-         Balaenidés ou baleines franches.

-         Balaenoptéridés ou rorquals.

-         Eschrichtiidés, baleine grise.

 

Il y existe une chaîne alimentaire liant plusieurs niveaux trophiques :

-         7 Cétacés, orques.

-         6 requins

-         5 poissons osseux, requins

-         4 céphalopodes (calmars, etc?), poissons osseux, requins

-         3 petits crustacés, larves diverses, méduses, procordés, alevins

-         2 zooplancton

-         1 phytoplancton

 

Les cétacés à fanons exploitent les niveaux 3 et 4 et les cétacés à dents les niveaux 4 et 5.

 

3. Anatomie, Physiologie des Cétacés, Adaptations :

Toute l'anatomie est tournée vers la locomotion par l'optimisation des pertes et l'augmentation de la puissance.

 -     Mouvement de la caudale verticale différente des poissons et requins ! Les cétacés possèdent trois types de nageoires qui ont une fonction propulsive et directionnelle. Les pectorales et la dorsale dirigent et stabilisent la nage, tandis que la caudale donne l'impulsion. La forme des ailerons dorsaux peut varier selon l'espèce et l'individu. Pour la caudale, elle est partagée en deux lobes symétriques dont le bord de fuite est marqué par une échancrure médiane.

-         Le crâne du cétacé est identique à celui des mammifères. L'encéphale, par rapport au poids total de l'animal est de dimension réduite. Le volume total du cerveau des cétacés est inférieur à celui de l'homme (560 centimètres cubes chez les souffleurs contre 660 chez l'homme) mais toujours supérieur à celui des chimpanzés.

-         Les côtes des cétacés sont fines et non complètement ossifiés, ce qui en fait des os fragiles.

-         Les muscles des cétacés sont  très développés et sombres dût à la forte richesse en myoglobine trois fois supérieures à l'homme.

-          Un volume relatif  d'air pulmonaire renouvelé à 80-90% (15-18 pour l'homme), une puissance supérieure de la pompe cardiaque, une distribution plus efficace de l'oxygène aux muscles et une diminution des coûts énergétiques dû à la thermorégulation, ?

 

    a. Locomotions Assistées :

·        le « bow riding » : nage en avant d'un corps de grand taille se déplaçant dans l'eau (à l'étrave d'un navire,  baleine (Açores ! : dauphins et Rorqual).

·        Le « surf riding » : surf avec la vague.

·        Nage en formation échelonnée : utilisé par le petit suivant sa mère, attraction entre les deux corps augmentant avec la vitesse et la proximité des corps, loi de Bernouilli.

 

b. La Peau :

Celle des cétacés est de dix à douze fois plus épaisse que celle des mammifères terrestres. Tout au long du corps, l'animal est parcouru d'une multitude de rides minuscules qui dirigent le flux de l'eau afin d'éviter des phénomènes de turbulences au cours des déplacements rapides. Les principales couches sont :

·        « L'épiderme » : fine, de 5mm

·        « Le derme » : mince couche de conjonctif

·        « L'hypoderme » : épaisse, comprenant de nombreuses cellules qui varie en fonction de l'état physio-pathologique de l'animal, de la disponibilité de la nourriture et de la localisation anatomique (grande quantité vers l'arrière). Si l'animal a besoin d'épargner  de la chaleur (plongée, climat polaire), un contre-courant permet le transfert de chaleur depuis des artères vers les veines, si l'animal a besoin de libérer de la chaleur (effort physique), la circulation s'effectuera de préférence par la voie superficielle. Ce mécanisme existe chez les mammifères, mais les cétacés l'utilisant au maximum.

 

  c. Organes Sensoriels :

 
* « Les yeux » : un champ visuel large, 130° horizontalement, myopes dans l'eau et légèrement astigmates en dehors.

* « l'ouie » : c'est l'organe le plus développée et le plus spécialisé dans tous les sens. L'oreille est composée d'une oreille interne, siège de l'audition et d'une oreille moyenne, lieu d'amplification de signaux, contenue dans l'os périauriculaire. Les oreilles sont séparées du crâne et protégés par du tissu adipeux. L'oreille externe est réduite à un conduit non fonctionnel, en relation avec les grandes pressions contenant un bouchon de cire chez les mysticètes.

* « l'écholocalisation » ou « sonar » : les signaux sont de trois types, modulation de fréquence, impulsion (signal discontinu), bruit blanc (mélange de fréquence en continu). Il faut savoir que le son se propage dans l'air à une vitesse d'environ 340 mètres par seconde, c'est à dire presque cinq fois moins vite que dans l'eau, d'ou le dauphin, son sonar peut déceler une tige de cuivre par rapport à l'aluminium. Ses sons peuvent être émis par les sinus aériens, vibrant lors du passage de l'air  de l'un à l'autre en produisant des cliquetis et sifflements, soit par le melon, muscle puissant situé dans la tête, permettant de focaliser les sons. Chez le Tursiops, les fréquences peuvent aller de 4 à 170 kHz, eméttants des cliquetis au nombre de 30 à 800 par seconde. Chaque animal possède un  registre propre issu du processus de socialisation.

                                   

            d. La Respiration :

Les cétacés sont des mammifères et sont donc dépendants de l'O2 de l'air. L'ouverture des conduits respiratoires est située au-dessus de la tête, conséquence du télescopage des os de la face.

-         Chez les Odontocètes, on y trouve une simple ouverture et, chez les mysticètes : une double ouverture. Il est à noté que la respiration n'est pas un acte réflexe mais contrôlé, donc conscient.

* Chez les odontocètes, l'évent débouche dans des sacs vestibulaires (voir document) et les mysticètes n'ont pas de cavités accessoires.

           * Les poumons  sont moins développés que chez les mammifères terrestres et situés dorsalement. Les cétacés ont amplifié la « circulation sélective »lors de la plongée, c'est à dire par le jeu des sphincters capillaires situés dans tous les organes, le cerveau, le coeur et les muscles sont prioritairement irrigués, permettant une économie d'énergie importante.

            * Au niveau de la cellule, le métabolisme énergétique de l'hématie est deux fois plus efficace que celui de l'homme.

-         Les courbes de saturation de l'hémoglobine montrent que celle-ci est proche physiologiquement de celle des poissons. Elle a une affinité supérieure pour l'oxygène en milieu légèrement basique et inférieure en milieu acide comparé aux mammifères terrestres. Ce qui permet d'obtenir une plus grande efficacité dans le transport d'O2. A chaque respiration, ils renouvellent 80% de l'air et vident complètements leurs poumons à chaque respiration.

- Le champion d'apnée est le cachalot (Physeter macrocephalus) : il peut descendre jusqu'à  2000 mètres de profondeur et rester 75 minutes.

e.  L'Alimentation :

* Les Odontocètes avalent sans mâcher mais découpent parfois comme l'Orque. Ils mangent des crustacés benthiques, écrevisses, mollusques, calmars, poissons, oiseaux et mammifères. Ils utilisent leur sonar pour localiser les proies, mais ils peuvent les assommer  par des sons de très hautes fréquences et produire de violentes détonations en claquant la queue contre la surface.

* Chez les mysticètes, la bouche est faite de fanons ressemblant à de l'ongle composé d'une lame rigide et de « poils » filtrants (5 mètres au maximum). Ils se nourrissent de petites proies : krill, plancton et petits poissons. Grâce à leur système de pression de la langue.

 Un Rorqual bleu de 150 tonnes peut ingurgiter 50 tonnes d'eau et de nourriture mélangée. Chaque espèce chasse différemment : les mégaptères entourent les bancs de petits poissons d'un filet de bulles, tandis que les baleines grises draguent la vase pour y dénicher les petits crustacés.

f. La Reproduction :

* Le comportement sexuel du dauphin est sophistiqué et différent en captivité. Un delphineau connaît le premier coït très tôt. Le mâle est sexuellement actif à partir de sa puberté toute l'année. Pendant les « chaleurs », le mâle sélectionnera une femelle du troupeau et se livrera à une parade nuptiale, avec des sauts, des caresses, L'acte se fera verticalement ou horizontalement. Les organes sexuels externes et les mamelles sont logés dans des poches qui les protègent contre d'éventuels frottements pendant les déplacements de l'animal.

Chez certaines espèces la vie du couple dure plusieurs années ou toute la vie, dans le cas des orques, mais souvent les dauphins sont polygames.

La gestation tourne autour d'un an. En delphinarium, le taux de mortalité à la naissance dans la première année est de 35%.

Le petit apparaît la caudale en premier pour ne pas se noyer aidé par une tante ou une proche de la mère. Il va téter une fois toutes les demi-heures puis le rythme se stabilise autour de 7 fois par jour. Le lait est plus concentré  et plus gras que des hommes. Le sevrage dépend de l'âge de la mer : plus celle-ci est proche de la fin de son cycle de reproduction, plus il se fera tard.

*  Chez les mysticètes, l'acte fait intervenir plusieurs mâles. Le mégaptère ou baleine à bosse va chanter des heures pour séduire la femelle. La mère va rester très proche de son petit, souvent à la surface pour restreindre au maximum le besoin énergétique car elle s'alimente guère durant la lactation.  

                    g. Le Comportement :

La structure de groupe social la plus répandue chez les cétacés se situe entre deux extrêmes :
( des espèces comme le dauphin solitaire (exemple le dauphin d?eau douce) qui se rassemble seulement pour la reproduction.)( des espèces comme le dauphin bleu et blanc, qui forment des groupes de 1000 individus.)

Solidaire  et en groupe, il lui est plus facile de s'alimenter, de se protéger contre les prédateurs ou élever ses petits. Tout dépend également de l'activité des membres qui le composent. Certains comportement, comme taper la surface de l'eau avec la caudale, est un signe d'énervement ou de communication avec les autres membres du groupe. Des rivalités entre les mâles d'un même groupe pour séduire une femelle sont fréquentes et créent des séquelles dans l'harmonie du groupe.

4. Danger et Pêches:

a.  Action de l'Homme :

(La chasse baleinière n'a pas entraîné l'extermination de toutes les espèces de cétacés, mais des populations entières isolées ont disparu (Baleine grise Atlantique) ou ont été sur le point de l'être (Baleine grise du pacifique Asiatique ou Baleine France boréale) ou incapable de se reconstituer (Baleine/Rorqual bleu).

Tirs et harpons des pêcheurs sur les dauphins, considérés comme concurrents (Corse, Baléares, Sardaigne ou Malte).

· Capture pour les delphinariums (zoos marins)

· Vente de viande de dauphins dans certains restaurants.

    Pêche.

    Surexploitation des stocks halieutiques

    Manoeuvre militaire : explosions, mines et expérimentations acoustiques (projets de recherches climatologiques visant à calculer la température de la mer en étudiant la propagation d'ondes acoustiques de très forte intensité à travers tout l'Océan Pacifique, ex. Hawaii !) font craindre des conséquences incontrôlables sur les cétacés.

   Trafic maritime : les collisions en Méditerranée des grands bateaux rapides

(car-ferries, NGV à 50 noeuds) avec les Rorquals semblent une cause majeure de leurs mortalité. Il nous est difficile de comprendre pourquoi elles ne parviennent pas à se détourner de la routes des navires ?.

            b. La Pêche :

- Les filets dérivants de plusieurs kilomètres de longs sont des véritables murs de la mort (interdiction en 2001). Exemple : de 1992 à 1993, les thoniers français de l'Atlantique Nord ont ainsi capturés dans les filets dérivants environ 200 dauphins communs (Delphinus delphis), 600 dauphins bleu et blanc (Stenella coeruleoalba),  20 grands dauphins (Tursiops truncatus), 30 globicéphales noirs (Globicephala melas), des dauphins de Risso (Grampus griseus), Cachalot (Physeter macrocephalus), Cachalot pygmée (Kogia breviceps), Rorqual commun (Balaenoptera physalus), Petit rorqual (Balaenoptera acutorostrata) et un Mesoplodon. Il faut savoir que les dauphins pris dans les filets sont mutilés, après leur décès sous l'eau par asphyxie, afin de les sortir plus facilement des filets (section des nageoires pectorales et/ou caudale) ou pour les faire disparaître (éventration pour les lester de pierres avant de les couler).

- Les chaluts pélagiques sont désastreux sur l'écosystème marin.

- Les sennes tournantes.

- Les longues lignes aux larges.

 

            c. Pollution maritime :

* matières plastiques et objets vulnérants en suspension : 1,5 milliards de déchets flottants recensés.

* pollution chimique :

- « hydrocarbures » : la toxicité est très mal établie. Pourtant, elle n'épargne aucune mer mais on n'a jamais trouvé de cétacés mazoutés échoués.  Des expériences en bassin ont montré que les Tursiops étaient capables de déceler  la présence d'une fine pellicule d'hydrocarbure à la surface de l'eau, même de nuit. Certaines baleines grises (Eschrichtius robustus) et des Rorquals Communs (Balaenoptera physalus) ont été observés traversant des nappes de pétrole durant leur migration. Mais  lors de la catastrophe de l'Exxon Valdez en 1989, le lieu concernant le territoire d'un groupe d'Orques résidents. Six ans plus tard, il ne reste plus que 22 des 36 individus connus auparavant. Mortalité par intoxication ? destruction de la structure sociale ? Les hydrocarbures sont des substances irritantes pour l'épiderme fragile des cétacés et perturbent les chaînes alimentaires.

Les pesticides, PCB et métaux lourds proviennent de la croissance industrielle et représentant une menace sérieuse pour les cétacés. Mais l'analyse de données reste expérimentale et les conditions d'échantillonnages aléatoires.

- Pesticides et PCB : les PCB ou polychlorobiphényls sont utilisés dans l'industrie des matières plastiques, peintures et vernis ou comme synergistes  d'insecticides organochlorés. Leur présence dans l'environnement  est due à des rejets industriels ou à la combustion des matières plastiques. Les pesticides ou insecticides sont organochlorés par chloration d'hydrocarbures aromatiques. La toxicité de ces produits lipophiles relevés dans des couches de graisse chez les cétacés du monde entier est impressionnante. Lors de la lactation, la mère repasse ces composés toxiques à ses petits.

-         Métaux lourds : la voie digestive est la principale porte d'entrée dans l'organisme de cétacés. Les sources de polluants sont essentiellement liées aux rejets industriels. Comme pour les pesticides, l'absence de données expérimentales ne permet pas de connaître les seuils exacts de toxicité. Dans l'estuaire du Saint-laurent (Québec), les bélougas sont considérés comme des déchets toxiques, tant leur teneur en mercure est importante.

d. Exemple du Morbillivirus :

L'épidémie de Morbillivirus en Méditerranée à tué en masse les dauphins en particulier les dauphins bleu et blanc (Stenella coeruleoalba). Au moins 450 dauphins collectés en Espagne, 150 en France et 280 en Italie sont morts durant 1990 à 1992. Ce virus est similaire à la maladie de Carré d'origine canine chez les carnivores. Le Morbilivirus provoque essentiellement des lésions de l'appareil respiratoire et du système nerveux  ainsi qu'une congestion généralisée des organes.

 Depuis 1987, plusieurs populations de mammifères marins ont été touchées par des infections provoquées par des Morbillivirus. Toutes les questions n'ont pas encore été élucidées, mais en Méditerranée, des hypothèses sont à apparues :

-         mauvaises conditions climatiques  durant l?hiver 1989-1990 entraînant une diminution alimentaire.

-         une contamination importante par les PCB et DDT et métaux lourds.

-         un agent causal : le Delphinoid Distemper Virus, se rependant chez les animaux affaiblis et immunodéprimés par les PCB et métaux lourds.

-         la survenue d?affection secondaire chez les animaux affaiblis.

-         la progression de la maladie entre individus ou groupes temporaires  et facteurs sociaux.

-         le dauphin bleu et blanc (Stenella coeruleoalba) était la plus touché, dû à sa sensibilité ? son explosion démographique ? Elle une espèce répandue malgré ses pertes abondantes et va combler en quelques années les pertes subies lors de la maladie.

Cette épidémie est révélatrice des seuils de pollution de la Méditerranée.

5. Echouages :

Les échouages offrent l'avantage, suivant leurs état de fraîcheur, de permettre aux prélèvements systématiques sur la totalité des organes et tissus. Par exemple, a partir des restes indigestes, otolithes de poissons et becs de céphalopodes, présents dans les contenus stomacaux, il est possible d'identifier les proies. De là sont déduits les secteurs et les profondeurs de pêche, profondeur parfois différentes pour les mâles et les femelles d'une même espèce. Le prélèvement d'une dent permet de déterminer son âge. L'examen des gonades (testicules ou ovaires) donne des indications sur l'âge de la maturité sexuelle.

Les échouages restent un mystère. Plusieurs hypothèses sont envisagées :

            a. Echouages individuels accidentels  :


* Erreur de navigation : ce sont surtout les espèces pélagiques égarées des fonds côtiers sableux de faible pente, dont l'écho sonar ne leur est pas familier. Exemple : le 17 octobre 1996, un Rorqual commun et son petit s'aventurent dans la zone du parc à moules de Port-Saint-Louis, et le jeune baleineau (6 mètres et 5 tonnes environs) allant s'échouer dans un mètre d'eau. Il va être remis à l'eau.

* Poursuites de proies à terre : plusieurs espèces viennent manger leurs proies à terre, comme les orques aux îles Crozet ou des Tursiops rabattant des poissons sur les rives en Floride.

            b. Echouages accidentels en masse :

* Anomalies du champ électromagnétique terrestre. Les sites d'échouages ne sont pas répartis par hasard, ni suivant les courants, mais en des lieux où les lignes de champ magnétique terrestre, suivant la direction desquelles certains cétacés seraient censés naviguer, sont plus ou moins perpendiculaires au rivage. La boussole interne des Cétacés leur indiquerait une route erronée.

*  Solidarité avec un leader ou un compagnon échoué : un groupe de cétacés peut s'échouer autour d'un compagnon malade et refuse de le quitter jusqu'à sa mort.

c. Echouages liés à une cause pathologiques :

* Dérèglement du système sonar, troubles cérébraux : action de certains parasites ou de réactions inflammatoires. Les pathologies parasitaires à retenir sont :

( la maladie de Lobo due aux anthropozoonoses).

( le trématode Nasitrema pour son impact pathologique grave (lésions cérébrales).

( les Anisakidae pour leur fréquence d'apparition et leur impact dans les pêcheries).

( les Crassicaudidae pour leur microhabitat particulier).

( les cyames pouvant être utilisés comme des marqueurs biologiques).

* Recherche de hauts fonds pour éviter la noyade : les cétacés préfèrent s'échouer pour ne pas avoir à se maintenir en surface pour respirer.

6. Les Parasites :

- On distingue les « endoparasites » (on y retrouve des trématodes digéniens, des nématodes ou des acanthocéphales, etc.) vivant à l'intérieur des organes et des tissus et les « ectoparasites » qui se fixent sur la peau des mysticètes.

Dans cette deuxième catégorie, on y trouve la famille des copépodes, le Penella, qui se nourrit dans la couche sous-cutanée et se nourrit directement du sang. Les balanes (genre cirripèdes),

ne sont pas des parasites à proprement parlé, mais des épibiontes, car elles trouvent la nourriture dans l'environnement et se servent de la baleine comme substrat.

 

7. La C.B.I :

La Commission Baleinière Internationale fut crée par les pays chasseurs en 1946 dans le cadre de la convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine. Elle a pour but de protéger les zones de reproductions et de gérer les stocks. Son siège est à Cambridge en Angleterre. Les Etats non-membres et les organisations non-gouvernementales peuvent participer à la réunion, qui se tient une fois par an, à condition d'en faire la demande au secrétariat.

Dans son travail, la C.B.I est assistée par trois comités : administratif et financier, scientifique et technique. Le comité scientifique mène des études sur les stocks de baleines, la chasse, etc. en vue d'adresser des recommandations à la Commission.

Sa principale tâche est de réviser quand cela est nécessaire les quotas de pêche à la baleine et d'adapter la réglementation baleinière à proprement parler.

Malheureusement des pays contournent les différentes réglementations et propositions de la CBI, comme l'ex-URSSS, qui admet avoir dissimulé 30% de ses prises  entre 1949 et 1980 ou le Japon capture des espèces protégées sous prétexte de chasse scientifique (exemple : le Rorqual Bleu).

8. L'Etude en Mer :

a. La Photo - Identification :

Chaque individu a une marque distincte, cicatrice, tâche ou parasite, qui lui est propre. Mais la dorsale, en particulier pour les dauphins, orques et certaines baleines, constitue à elle seule l'empreinte digitale. Les combats, jeux, entre individus ou causés naturellement, laissent des traces sur le corps de l'animal. Sa coloration peut être aussi un indicateur, ou la pigmentation de la dorsale, utilisé pour l'identification des baleines. Etant donné que de nombreux cétacés montrent leur dorsale pour venir respirer à la surface, il est possible de les photographier.

La comparaison et la confrontation des photos du jour, de la semaine, du mois ou de la saison précédente, est appelée « matching ». Cette tâche doit est précise et patiente pour déceler ce qui en fera l'intérêt.

On établit un fichier catalogue où sont répertoriés les individus (on prend en moyenne vingt clichés par animal). Ce fichier physique est associé à un fichier informatique où l'on dispose d'un système de reconnaissance des animaux. Il s'agit de déterminer s'il s'agit d'un nouvel arrivant (capture) ou d'un individu répertorié (recapture). Un système informatique peut déterminer des individus possédant des caractéristiques similaires à celles du nouvel arrivant.

Un ordinateur s'impose pour de gros catalogues. Il peut comparer en cinq minutes mille quinze caudales de cachalots ou en dix minutes neuf milles photos de Baleines à Bosse (Megaptera novaeangliae).

Les meilleures photos serviront ensuite à réaliser le contour de l'aileron en format A4 : on fait une photocopie sur transparent de la photo de l'aileron puis, à l'aide d'un rétroprojecteur, un agrandissement de la photo sur une feuille A4 placée sur un écran clair.

Des dessins de chaque côté de la nageoire caudale ou dorsale montrent les contours, tâches et encoches. Toutes les marques les plus visibles sont reproduites lorsqu'on aperçoit l'aileron en mer. La difficulté, c'est qu'une dorsale, une marque ou une tâche peut se modifier, disparaître ou croître. La comparaison et la confrontation des photos du jour, de la semaine, du mois ou de la saison précédente, est appelée « matching ». Cette tâche doit est précise et patiente pour déceler ce qui en fera l'intérêt.

On établit un fichier catalogue où sont répertoriés les individus (on prend en moyenne vingt clichés par animal). Ce fichier physique est associé à un fichier informatique où l'on dispose d'un système de reconnaissance des animaux. Il s'agit de déterminer s'il s'agit d'un nouvel arrivant (capture) ou d'un individu répertorié (recapture). Un système informatique peut déterminer des individus possédant des caractéristiques similaires à celles du nouvel arrivant. Toutes photos et dessins sont scannés et archivés sur CD Rom.

b. L'Acoustique :

On peut identifier un individu aux caractéristiques de ses émissions sonores dans un angle de 360° et de savoir la présence ou non de cétacés. Mais les hydrophones ne travaillent qu'avec des fréquences audibles à l'oreille humaine et il est pas facile de déterminer le nombre d'individus.

9. Whale-Watching :

- Développement et Prudence :

Le whale-watching (observation des baleines) s'est développé dans les années cinquante en Californie. D'ailleurs, les Etats-Unis organisent 66% des rencontres dans le monde.

Depuis, les enjeux économiques et le développement de cette nouvelle industrie à prit une ampleur grandissante. On peut rencontrer quatre vingt espèces de cétacés à partir d'une embarcation touristique.

La Commission Baleinière Internationale (CBI), reconnaît le whale-watching en tant qu'exploitation non-léthale des cétacés.

a. Le whale-watching dans le monde :

Cette forme de tourisme s'est développée dans le monde entier, comptant en tout trois cent pays environ. Le nombre d'observations de baleines est passé de quatre millions en 1991 à cinq millions et demi en 1994. Entre l'année 1981 et 1994, le total des revenus est passé de quatorze millions à  trois cent onze millions de dollars. On peut voir que la Norvège ou le Japon, chasseurs baleiniers, occupent une place importante.

Sur quarante pays comprenant la Commission Baleinière Internationale (CBI), vingt sept pays participent au whale-watching. Le Canada, qui occupe une place importante dans l'activité du tourisme baleinier (462000 sorties en mer pour l'année 1994), ne fait pas partie de la Commission Baleinière.

Le whale-watching occupe 85% de rencontres de baleines et 15% de petits cétacés. Le bateau est largement utilisé (72% de tous les whale-watching), le reste comprend des observations à terre (28%) ou par kayak ou engin non-motorisé, comme par exemple à Hanson Island (Vancouver, Colombie Britannique), « ORCALAB », dirigé par Paul Spong et Helena Sidmonds.

b. Interrogations sur le whale-watching :

Le whale-watching pose beaucoup de questions sur son intérêt et ses inconvénients. Différents exemples et hypothèses sont à souligner.

Au Québec, en particulier à Tadoussac, il est arrivé qu'une dizaine de bateaux tournent autour d'un même l'animal ! Les intérêts commerciaux ont dépassé l'impact de la nature. La Province demande désormais un contrôle rigoureux (police maritime ou garde de la réserve naturelle) afin de respecter les distances de sécurités.

Des observations aériennes peuvent être utilisées pour la localisation et l'orientation de cétacés. L'avion ou l'hélicoptère peut donner la distance entre le bateau d'observation et les mammifères marins. A partir des airs, la reconnaissance de l'espèce, le groupe formé ou la taille (et âge approximatif) peut se faire.

Cependant, la distance des trois cent mètres avec la surface doit être respectée. Le stress occasionné par l'appareil (bruit, vent violent) est  dangereux pour l'animal. Beaucoup de photographies prises à partir des airs sont des dérogations spéciales pour la recherche scientifique.

De nombreuses compagnies se bousculent le tourisme pour garder le monopôle. Cet été aux Açores, « Espaço Talassa » (compagnie de whale-watching sur l'île de Pico) va rencontrer une concurrence rude en mer. Trois compagnies vont se retrouver en mer, heureusement avec un nombre moindre de bateau que la B.O.C.A. Déjà, à la vigie de Saint Mateus, un concurrent s'est installé juste à côté. Attention à l'embouteillage autour des animaux !

Les bateaux à moteurs sont de plus en plus rapides et puissants, pour permettre d'aller très vite sur les lieux dans un temps chronométré. La quantité d'essence utilisée dans une seule journée est importante mais minime par rapport aux yachts, plus bruyants et d'autant plus polluants. L'utilisation de bateaux à diesel est utilisée car économique.

Il est évident, que les bateaux à voiles sont silencieux et permettent une approche saine des animaux. Malheureusement, les bateaux à voiles ne permettent pas aux mammifères marins de les entendre et risquent de leur faire peur. De plus la manoeuvrabilité n'est pas assurée par rapport à un bateau à moteur. Dans le cas d'Espaço Talassa, la rencontre des cétacés par bateaux à moteurs est bénéfique, car elle augmente les sorties et le nombre de clients. La voile ne rentabiliserait pas les frais pour les trois mois de saison pleine. 

Des écologistes critiquent l'aspect commercial du whale-watching comme une atteinte à la vie privée des cétacés. Utilisant les lois interdisant tout commerce sur les espèces protégées par la C.I.T.E.S, le développement industriel (incluant les produits dérivés) est une atteinte aux respects des animaux. En plus, les Canaries (Espagne) sont souvent montrés du doigt pour son développement irrespectueux à l'encontre des globicéphales (Globicephala macrorhynchus).

Pourquoi alors, les dauphins ou les baleines se retrouvent néanmoins toujours à l'endroit fréquenté par les touristes depuis des dizaines d'années ? Sédentaires ou de passage, on reconnaît les individus d'une année à l'autre ?

Les baleines des Açores pourraient très bien éviter les lieux touristiques, mais jamais elles ne l'ont fait. Est-ce à cause de la nourriture, de la profondeur ou la température ? personne ne peut répondre à cette question.

On ne sait pas grand chose de l'impact du whale-wtaching sur ces animaux ni la fréquence sonore nuisible à leur comportement. L'utilisation de bateau pneumatique ou de yacht sont-ils aussi nuisibles que les bateaux croisant au large ? Connaît-on le comportement stressant d'un animal ? Est-ce sa caudale qui tape à la surface ou est-ce le faite de bonds violents ? C'est un mystère.

Justement, toutes ces questions sans réponse favorisent l'industrie du whale-whatching et des directeurs les utilisent comme argument afin de repousser leurs adversaires.

De nombreux groupes scientifiques travaillant sans l'aide touristique sont confrontés aux travaux de chercheurs embarqués sur les bateaux de whale-watching. Les uns pensent aux côtés néfastes de leurs études (non-respect des animaux) et les autres utilisent l'approche touristique comme aide financière.

Conclusion :

Dans ce rapport, nous avons abordé les sujets principaux des mammifères marins afin d'avoir le minimum de connaissance.

Toutes personnes qui aimeraient des informations supplémentaires peuvent demander conseils à son auteur ou demander des photocopies sur des oeuvres, publications, rapports ou articles de la bibliographie.

Maintenant, nous sommes capables d'intervenir vers le public et les enfants afin de les sensibiliser sur la protection des baleines.