Articles publiés

Rapports

Archives de l'auteur

Archives générales

Galerie photos

Vidéos

Liens

 


 

Etude et observation des Cétacés
fréquentant les eaux de Lajes do Pico, Açores, Portugal

 

<< Retour au sommaire

Partie B


B) DIFFERENTES ESPECES aux ACORES :


On nomme de familles bien distinctes chez les Cétacés : les « Mysticètes »et les «Odontocètes ».

Le premier groupe sont les baleines, c'est à dire possédant des fanons (suspendues à la mâchoire supérieure sous forme de « peigne » pouvant atteindre plusieurs mètres) qui servent de filtre pour la nourriture contenue dans l'eau de mer. La deuxième caractéristique, c'est que les baleines possèdent deux évents sur la tête.

Les « Odontocètes » regroupe tous les autres Cétacés, c'est à dire du cachalot aux marsouins. Ils possèdent tous un seul évent.

Les mammifères marins, en particulier les baleines, dauphins et marsouins, sont appelées Cétacés (du latin cetus, grand animal marin et du grec, ketos, monstre marin). Actuellement, soixante dix sept espèces de cétacés ont été décrites mais de nouvelle espèce non-identifiée apparaissent de temps en temps sur une plage échoué. Ils vivent dans tous les océans du monde  et certaines rivières ou fleuves.

Aux Açores, environ 22 espèces ont été recensées par l'équipe d'Espaço Talassa dirigé par Serge Viallelle.  

1. Les Mysticètes :  

L'alimentation des Mysticètes est composée de petits organismes planctoniques et surtout de krill (sorte de crevette). Certaines espèces mangent en plus des petits céphalopodes (famille de poulpe et du calamar) ou des poissons. Ce qui faut retenir, c'est que deux catégories de consommateurs existent chez les mysticètes : les « écrémeurs » (ou ratisseurs) et « engouffreurs » (ou enfourneurs). Les espèces qui caractérises les « engouffreurs » ne concernent que la famille des rorquals (Balaenoptera) et la baleine à bosse (Megaptera novaeangliae). Ils avalent  par bouchées très près de la surface et nagent très vite. Les autres, c?est à dire les « écrémeurs », nagent moins vite et la gueule grande ouverte sous la surface.

-         Baleine Bleue (Balaenoptera musculus) ou Finbeque aux Açores :

La baleine bleue est l'un des plus gros animal que la terre n'ait jamais porté. Sa taille maximale peut atteindre trente trois mètres et peser 190 tonnes. Mais en moyenne, la taille est de vingt à vingt six mètres. La femelle est plus grande que le mâle et donne naissance à un baleine tous les deux à trois ans.  Il souffle toutes les dix à vingt secondes pendant deux à six minutes, puis sonde jusqu'à trente minutes. Sa vitesse maximale peut être atteinte à 30 km/h. La coloration varie du bleu très pâle au gris ardoise  sur le dessus et de jaunâtre ou moutarde sur le dessous. La baleine bleue est reconnaissable à sa tête, longue et très large. Ses fanons sont larges, cinquante à cinquante cinq centimètres et quatre vingt dix à cent centimètres de longueurs. Le souffle peut atteindre six à douze mètres de hauteurs mais reste en moyenne à neuf mètres. En communication, les clics ont une fréquence de vingt et un à trente et un kHz. Le rorqual bleu a une espérance de vie évaluée à une soixantaine d'années.

La chasse industrielle avait exterminé presque tous les espèces. Aux Açores, sa présence a été vue pendant les mois d'avril et mai 1997. C'est une première.

 

-         Rorqual Commun (Balaenoptera physalus) ou Finbeque aux Açores :

Il est placé juste après la baleine bleue pour sa taille et atteindre vingt six mètres pour un poids de quatre vingt tonnes. Le rorqual commun de l'hémisphère nord est plus petit que celui de l'hémisphère sud. Sa reconnaissance se fait au niveau des fanons ou d'un côté ils sont blancs et de l'autre côté gris. La femelle, plus grande que le mâle, donne naissance tous les trois à quatre ans. Son souffle deux à cinq fois d'intervalle de dix à vingt secondes avant de sonder de cinq à quinze minutes environ. Sa vitesse de pointe est de 30 km/h. La coloration du dos est une livrée gris argent à noir brunâtre et son ventre est blanc. Il a une asymétrie caractéristique au niveau de la tête et les fanons au plus soixante dix à quatre vingt dix centimètres de long et vingt à trente centimètres de large. Eux aussi possèdent une asymétrie, du côté droit les fanons du quart sont blancs et le reste du côté droit et tout le côté gris étant gris foncé. Son souffle est très élevé s'élevant jusqu'à quatre à six mètres de haut. La fréquence de ses sons est située autour de deux cent Hz et peut augmenter. L'espérance de vie est de soixante quinze  ans environ.

Sa rencontre aux Açores est rare et souvent les groupes rencontrés de quatre à cinq individus continuaient leurs chemins.

 

-         Petit Rorqual  (Balaenoptera acutorostrata) ou Finbeque aux Açores :

Cette baleine est la plus petite de la famille des rorquals. Sa taille n'excède pas les neuf mètres. Il a le museau pointu et possède une seule crête centrale longitudinale saillante et des bandes blanches sur les nageoires pectorales qui ne trompent pas.  Le poids varie entre cinq et dix tonnes. La femelle est capable de donner naissance tous les dix huit mois. Il est difficilement observable car très rapide et peut disparaître sans laisser de trace. Sa plongée est de vingt minutes maximum suivit de cinq à huit souffles espacés de moins d'une minute. Le dos est de couleur noire à gris foncé et le flanc blanc à brun clair. Sa nageoire pectorale est proportionnellement la plus longue des baleines à fanons. Les fanons sont petits : vingt à trente centimètres de long et douze centimètres de large et de couleur blanchâtre. Son souffle est rapide et atteint deux à trois mètres de hauteur. La fréquence de communication va de cent à deux cent Hz et des pulsation sonores de 4000 à 8000 Hz. L'espérance de vie est atteinte à l'âge de cinquante  ans environ.

La rencontre aux Açores est très rare et cette année en mai, un espèce curieuse et joueuse à été vu tout une journée.

 

-         Rorqual Boréal (Balaenoptera borealis) ou Finbeque aux Açores :

La femelle est plus grande que le mâle, seize à vingt mètres et dix sept mètres pour le second. La femelle donne naissance à un baleineau tous les trois à quatre ans. Il est confondu avec des membres de la même famille. Son comportement se caractérise par un temps plus long près de la surface et souffle toutes les vingt à trente secondes ou quarante à soixante secondes pendant une à quatre minutes avant de sonder. Sa nageoire dorsale est légèrement plus avant que chez les autres rorquals. La coloration du dos est gris bleu ou noire, son ventre de couleur blanchâtre portant des cicatrices grises et trente deux à trente six sillons. Le nombre de fanons varient entre 318 et 340 fanons pour les espèces du nord et 300 à 410 pour celles du sud et de coloration gris noir. Sur sa tête, le rorqual possède une crête longitudinale unique et des évents proches du museau.  Le souffle peut atteindre trois mètres de hauteur. Les sons pour la communication à été enregistré sur une fréquence de trois kHz. Son espérance de vie est d'une soixantaine d?année.

La fréquence aux Açores montre qu'ils sont souvent solitaires ou par deux et tendance à poursuivre leurs routes.

 

-         Baleine à Bosse (Megaptera novaeangliae) ou Ampebeque aux Açores :

C'est l'une des baleines les plus reconnaissables. Habitué à faire des acrobaties et des battements de nageoires violentes. Elle présente de grande nageoire blanche et une coloration noir et blanc sur le dessous de la caudale. Unique en son genre. La baleine à bosse est connut pour ses chants mélodieux complexes et prolongées ne concernant que les mâles sur une fréquence allant de 20 à 9000 Hz. Sa taille varie de quinze mètres pour la femelle à quartoze mètres pour les mâles. Le poids varie de quarante à cinquante tonnes. Il sonde de trois à neuf minutes (maximum quarante cinq minutes) et remonte à la surface  de quatre à huit fois toutes les quinze à trente secondes. Sa tête est énorme et large et contient de 270 à 400 paires de fanons. De plus, elle contient une série de tubercule ou protubérances qui couvrent le rostre et la mâchoire inférieure. A propos de son alimentation, elle possède une technique unique chez les baleines. Plusieurs mégaptères nagent sous la surface en spirale sous des bancs de poissons ou de krill et soufflent des bulles par l'évent. Ensuite, elles remontent à la surface gueule ouverte au milieu du cercle. Le temps de vie est d'environ d'une cinquantaine d'année.

Dans l'archipel des Açores, suite à sa chasse intensive un peu partout dans le monde, la baleine à bosse est devenue rare. Durant l'été 1996, un spécimen a été vu dans les îles centrales et un autre en 1995. Son souffle est très visible et fort s'élevant jusqu'à trois mètres de hauteur.

 

-         La Baleine Franche de Biscaye (Eubalaenea glacialis) ou Raituel aux Açores :

Le nombre d'espèce de Eubalaena n?est pas défini, peut être deux ou trois. Il en aurait peut être trois. Sa tête est couverte de callosités et l'extrémité du rostre. Elle est habituée à sauter et taper la surface avec ses nageoires. La taille moyenne est de quinze mètres pour un poids variant entre trente à quatre vingt tonnes. La femelle donne la vie à un baleineau tous les trois à quatre ans. Son corps arrondi est de couleur noire ou brun foncée et des taches blanches irrégulières sur le ventre. Les fanons sont au nombre de 220 à 250 paires et de couleur brun foncé ou noir. Le souffle est en « V »et peut atteindre cinq mètres de hauteur et la nageoire caudale est souvent dressée avant la plongée. Elle fut longtemps chassée par les baleiniers à cause de sa curiosité et leur cadavre flotte sur l'eau. Proche de l'extension pour les deux espèces en Atlantique et une reproduction très lente, on ne sait pas si l'espèce va se régénérer. Très chanteuse, la fréquence de ces sons se situe entre cinquante et 500 Hz et des fréquences élevées de 2200 Hz.

Pour la première fois, une espèce a été vue en décembre 1993 sur la côte espagnole et depuis quelques années, les Açores observent des petits groupe de deux à trois individus.

 

2. Les Odontocètes :

L'alimentation des Odontocètes est composé de céphalopodes et de poissons. Obligés de mangés pour résister au froid et maintenir une température  interne aux alentours de 36°C. Ils ne boivent pas l'eau de mer  mais utilisent celle se trouvant dans leurs proies. Le cachalot, les globicéphales, la famille des mésoplodons ou le dauphin de Risso, sont des chasseurs profonds et mangent surtout des céphalopodes. Les orques peuvent manger des animaux à sang chaud : pinnipèdes et cétacés de toutes tailles.  Certaines espèces rajoutent des crustacés ou des coquillages mais ça ne concerne pas les Açores.

Dans la familles des odontocètes fréquentant l?archipel des Açores, on trouve quinze espèces de cétacés dont le cachalot. Figure emblématique aux Açores, le cachalot prend une large description.

 

-         Le Cachalot (Physeter macrocephalus) ou Baleia aux Açores :

Le cachalot est l'espèce mystique aux Açores. Tout l'archipel n'a que des yeux tournés sur cet animal. La chasse depuis des générations (terminé en 1987 !) et sa fréquence importante aux Açores en fait un lieu unique. Facile à reconnaître en surface car souffle penché à 45° d'un seul conduit nasal suffit à l'identifier. Les mâles mesurent de quinze à dix huit mètres et les femelles de onze à douze mètres. Sa vitesse de croisière est estimée à 8 km/h et de pointe à 25 km/h.

Il ne possède aucune dent sur la mâchoire supérieure et chaque demi- mâchoire inférieure mesure cinq mètres est dotée de dix à trente dents larges, longues de vingt centimètres, coniques et pèse jusqu'à deux kilogrammes. Au musée « Scrimshaw »(art de gravure et de sculpture des dents cachalot) de Peter café (José Azevedo) à Horta aux Açores, montre une dent de cachalot pesant 1,850 grammes !

Sur son dos, le cachalot ne possède pas d'aileron dorsal mais une crête triangulaire suivit de deux à six protubérances. Ses nageoires pectorales sont courtes et ne mesurent que un mètre vingt mètres de longueur et soixante à quatre vingt centimètres de largeur.

La coloration générale du cachalot est noire ou gris foncée sur le dos et le ventre est parfois formé de tache pâle.

Sa tête représente à elle seule vingt à quarante pour cent de la longueur totale du corps et son cerveau pèse dix kilogrammes, c'est le plus gros cerveau du monde. Il contient le « spermaceti », organe liquide qui se chauffe ou se refroidie et augmente de densité ou la diminue pendant sa plongée.

Indispensable pour la chasse en grande profondeur, la flottabilité de ce liquide lui permet de rester immobile à de grande profondeur et attendre sa proie. D'après de récente étude, on sait que le cachalot peut faire un aller-retour à 1000 mètres en quinze minutes. A cette profondeur, la pression est cent fois supérieure à celle de la surface. Cent kilos sur chaque centimètre carré de sa peau. Il est obligé de modifier sa densité en fonction de la profondeur. Son spermaceti reste à une température de trente trois degrés en surface et peut se cristalliser lorsque la température diminue. De ce faite le volume est plus faible et d?après la théorie d'Archimède, l'eau de mer exerce une poussée plus faible.

La baisse de température se fait par les conduites naseaux. Le conduit nasal gauche est utilisé pour la respiration mais celui de droite est plus complexe. En résumé, il constitue contre la peau antérieure de la tête un sac vestibulaire de grandes dimensions appelées « sac de l'évent » ou « sac distal ». Puis, traverse tout le melon et rejoint une cavité où aboutit le canal gauche. D'une longueur totale de cinq mètres, le développement énorme de ses sacs est unique pour le refroidissement.

Son équilibre en profondeur se crée en pompant de l'eau de mer dans ses conduits nasaux. Le spermaceti se constitue alors, à mesure que le cachalot gagne en profondeur.

Lors de sa remontée, la circulation sanguine se rétablit, les muscles moteurs réagissent et le spermaceti redevient liquide. Son volume augmente et la poussée d'Archimède est plus grande. Effort physique ou pas, le cachalot remonte tranquillement.

 Autre chose unique pour le cachalot destinée à la chasse, son sonar ou « écholocation » émettant un son différent de la communication. Envoyé à partir de sa tête par un système complexe, certains « clics » (ondes sonores) sont utilisés principalement en direction d'un obstacle. L'onde réfléchit et revient au cachalot qui l'analyse et enregistre les informations reçues.  Dotée d'un sixième sens, son sonar lui permet de « voir » dans le noir et de reconstituer une image trois dimensions dans son cerveau. Les clics émit pour l'écholocation sont audibles à une certaine fréquence pour l'homme.

Les clics des cachalots ont une gamme de  fréquence comprise entre cent à trente kHz et une force allant de deux à quatre kHz et dix à seize kHz. Les clics sont répétés entre un et quatre vingt dix  par seconde. La source  des clics du cachalot peut être 180 dB proche 1 µPa par mètre. Des scientifiques ont enregistrés des niveaux sonores de 163-175 dB à partir de treize sons différents. Les clics sont fréquemment entendus quand les cachalots exécutent  un comportement en surface ou en plongeant. Lorsque les cachalots se séparent de plusieurs kilomètres dans la même direction, ils émettent un ou trois clicks par seconde sur une période de trente secondes à cinq minutes. Par contre, les solitaires sont généralement silencieux.

On arrive à détecter des sons de cachalot à une distance de quinze kilomètres dans l'eau profonde avec un hydrophone.

Le cachalot cherche les grands fonds pour se nourrir qui croît rapidement. Il ne se contente pas que du grand calmar géant (Architeuthis princeps), poids d'une tonne et deux bras de quinze mètres de long couvert de dizaines de ventouses mais de toutes sortes de céphalopodes (petits calamars : Octopodoteuthis rugosa). Sa consommation quotidienne est d'environ de deux tonnes de nourriture par jour. Des cicatrices sont visibles sur les vieux mâles suite aux combats titanesques avec les calamars géants ou les grands mâles.

Le cachalot peut rester immergé pendant presque une heure et espace ses plongées de cinq à quinze minutes. Il sonde à la verticale et sort sa queue. Friant du calamar géant, il est habitué à descendre à des profondeurs extrêmes, jusqu'à 2000 mètres de profondeur. En 1955, un cachalot de 13,35 mètres était pris dans un câble téléphonique à 1335 mètres de profondeur. A cette profondeur, il dépense peu d'oxygène et la divise entre le cerveau et son coeur et aux muscles nécessaires à l'effort musculaire.

 

On retrouve chez les cachalots quatre types de groupes : les grands mâles, les jeunes mâles, le groupe familiale et le harem. En résumé :

-         les grands mâles sont solitaires pour les migrations.

-         les jeunes mâles célibataires vivent ensemble jusqu'à maturité de vingt cinq ans par groupe de vingt mâles environ.

-          le groupe familial ne comprend que des femelles avec leurs petits ou des femelles immatures. A la naissance d'un petit, des femelles du groupe forment des nurseries pour aider la mère.

-         et le harem comprenant quatre-vingt cachalots environ, est dominé par un mâle pour la période de reproduction et rejoint le groupe familial.

 

En hiver, les cachalots mâles adultes se trouvent en mer tropicale et tempérée. Ils reviennent après une migration (en une journée, ils effectuent de quatre-vingt à cent kilomètres) pour s'accoupler et s'affrontent avec d'autres mâles adultes ou jeunes proche de leur pleine maturité. Sa population locale mondiale actuelle est d'environ deux millions d'individus pour les deux hémisphères et l'espérance de vie est estimée à soixante dix ans.

Une polygamie se fait autour des femelles (comportement visible retrouvé chez certaines baleines) car le même mâle en féconde plusieurs. La femelle peut donner un baleineau tous les 2 à 4 ans après une gestation de quatorze à seize mois.

 

Des groupes entiers de plusieurs individus, composé souvent de femelle et de leur petit, ont courant aux Açores. Les mâles sont présent tout l?été et les chances en mer est commun. On ne connaît pas la raison de leur présence aux Açores depuis des générations, en particulier devant Lajes do Pico. Ce qu'on est sur, par contre, c'est que la profondeur est de 1363 mètres (voir document 1) proche de la côte, favorisant la pêche des céphalopodes et la venu des mères accompagnées de petits. Il serait possible que certains grands mâles soient sédentaires dans l'archipel, mais rien n'est encore prouvé.

 

-         Le Cachalot Pygmée (Kogia breviceps) ou Cahalote Pigmeu au Portugal :

Son poids peut atteindre quatre cent kilogrammes pour quatre mètres de longueur. Il possède douze à seize petites dents pointues de chaque côté de la mâchoire supérieure. Sa coloration est sombre sur tout le corps. En surface, il ne courbe pas son dos comme les petits cétacés mais reste immobile à la surface et se secoue lentement.

Sa rencontre aux Açores est rare car il très discret. Un spécimen échoué vivant sur la côte de l'île de Faial à été raccompagné en mer (juin 1996).

-         Le Ziphius (Ziphius cavirostris) ou Bico de Garrafa en Açoriens :

Sa longueur est de six mètres pour un poids de trois tonnes, bec étroit, pointu et court. Sa coloration varie d'une peau grise au gris bleu et des tâches blanches sur les flancs.  Les vieux mâles sont balafrés de cicatrices. Leurs temps d'immersion est d'au moins trente minutes.

Aux Açores, il a été identifié plus souvent par la vigie qu'en mer.  Il semble être commun aux Açores mais n'apprécie pas les bateaux. Cependant, en juillet 1996, sept individus se sont approchés de deux bateaux tout une après-midi.

 

-         Le Mésoplodon de Gervais (Mesoplodon europeus) ou Bico de garrafa aux Açores :

La longueur varie entre cinq et sept mètres pour un poids de trois tonnes maximum. Une grosse dent par demi mâchoire chez le vieux mâle. La coloration est d'un gris- bleu avec une tache ventrale blanche.

Sa présence est rare aux Açores et son identification est difficile du bateau ou de la vigie. On peut le reconnaître grâce à des cicatrices marquées sur le corps suite à des combats entre mâle ou de prédateurs.

 

-         Le Mésoplodon de Sowerby (Mesoplodon bidens) ou Bico de garrafa aux Açores :

Nommé encore ce cétacé « baleine à bec de la Mer du Nord », sa longueur est de six à sept mètres pour deux tonnes maximums. Une dent unique en triangle par demi-mâchoire chez le mâle. La coloration varie d'un gris sombre à tâches pâles sur le dos et une tâche blanche sur le ventre.

Il a été observé fréquemment par la vigie par groupe de cinq ou six individus. Difficile de l'identifier en mer et peut être confondue avec les autres mésoplodons.

 

-         L'Hyperodon Boréal (Hyporodon ampullatus) ou Grampa en Açorien :

Après le cachalot, cet animal peut descendre aussi loin, parfois à 2000 mètres de profondeurs. Il tient donc une apnée d'une heure minimum. La coloration varie d'un gris sombre sur le dos et gris pâle sur le ventre. Un bec court et une tête énorme. Les vieux mâles possèdent une seule dent au bout de chaque demi mâchoire inférieure. La longueur du mâle peut atteindre dix mètres pour cinq tonnes et sept mètres la femelle pour trois tonnes. Son répertoire sonore oscille sur une fréquence allant de 6000 à 16000 Hz.

Les baleiniers le confondaient avec le cachalot du haut de sa vigie à cause de sa tête. Il semblerait fréquenter les lieux de la mi-juillet à la mi-août. Pendant l'été 1994, un groupe d'environ douze individus (mâles, femelles et jeune) étaient observés pendant trois semaines. Le comportement montrait une curiosité à l'approche du bateau quand celui-ci avait le moteur éteint.

 

-         L'Orque (Orcinus orca) ou Quilha en Portugais :

L'orque est le plus grand des dauphins, en particulier le mâle. En effet, le mâle peut mesurer jusqu'à neuf mètres pour neuf tonnes et la femelle sept mètres pour quatre tonnes. L'aileron dorsal du mâle est caractéristique de l'espèce et atteindre 1,80 mètres. La femelle est moins élevée. Leur coloration est contrastée, le dessus noir avec une tache blanche derrière loeil et le dessous est blanc. L'orque est au sommet de la pyramide alimentaire et comprend un système matriarcal. La femelle peut donner naissance à partir de l'âge de quinze ans et l'intervalle entre deux naissances varient entre trois et huit ans. On le rencontre dans les deux hémisphères, aussi bien à la limite des glaces que l'équateur. La durée de vie varie entre soixante dix à quatre vingt ans pour la femelle contre cinquante ans le mâle. Il diffuse tout sorte de sons, entre 0.1 à 80 kHz et des cris perçant de 1 à 25 kHz.

Sa rencontre aux Açores est occasionnelle et constitué en groupe  de six à quinze individus. Ils leurs arrivent de venir proche des bateaux.

 

-         Le Fausse Orque (Pseudorca crassidens) ou Negro en Açoréen :

La ressemblance avec le grand orque à souvent causé un problème. Cependant, la taille est différente car le mâle mesure de quatre à six mètres pour un poids de deux tonnes maximum et les femelles de 3 à 5 mètres pour 1 tonne. Chaque mâchoire porte de quatorze à vint deux dents à base circulaire. Rencontré dans les zones tropicales et tempérées mais ne descend pas plus loin que les 40è parallèles dans l'hémisphère sud. Sa longévité est estimée à vingt ans minimums mais nous avons peu d'indication à ce sujet ni dans son mode de reproduction. C'est l'animal habitué à s'échouer en masse.

Aux Açores, sa rencontre est fréquente avec le dauphin de Risso (Grampus gresus). Un groupe de centaines d'individus a été observé dans l'archipel bondissant éloignés à trois ou quatre milles de la terre.

-      Le Dauphin de Risso (Grampus griseus) ou Moleiro aux Açores :

Ce dauphin est parsemé de cicatrices et de blessures sur une peau grise, infligés par ses congénères ou par les becs de calamars. Sa tête est arrondie. La taille n'excède pas quatre mètres pour un poids de 300 kilogrammes environs. Il a une nageoire élevée par rapport autre dauphins (sans compter l?Orque) et de grosses dents coniques par demi- mâchoire inférieure et aucune en supérieure. L'espèce est commune dans toutes les mers chaudes du monde et peut tenir trente minutes en apnée.

 

-      Le Grand Dauphin (Tursiops truncatus) ou Toninha brava aux Açores :

La taille varie entre 4,20 pour le mâle et 3,70 pour la femelle pour un poids de deux cent kilogrammes (maximum 650 kilogrammes) et un rostre très prognathe. La couleur est grise sur le dos et blanc ou nuances roses sur le dessous. Il possède entre dix-huit à vingt-six dents coniques par demi- mâchoire. Les sifflements, couinements ou clics se localisent sur une fréquence de 4000 à 170000 Hz. Le tursiops vit dans toutes les mers du monde, tempérées ou chaudes, de la Nouvelle-Zélande à la Patagonie du sud. La durée de vie est estimée à quarante ans.

Autour de l'île de Pico, un groupe de cinq à quatre vingt individus y résidant et occupe presque le tiers des sorties.

 

-      Le Dauphin Commun (Delphinus delphis) et Toninha mansa en Açorien :

Il a un corps coloré d'un gris sombre sur le dos et les flancs portent des ellipses croisées gris- jaune. La taille varie entre deux et 2.50 au maximum et un poids de 85 kilogrammes environ. Souvent rencontré sur le talus continental et les crêtes marines riches en proies, plongeant jusqu'à trois cent mètres de profondeurs. Les sons qu'il émet varient entre 1000 à 150000 Hz. Courant dans toutes les mers du monde et par groupe de plusieurs milliers. En Nouvelle-Zélande, un groupe immense était sur une surface de quarante quatre kilomètres sur vingt sept, soit 1200 kilomètres carrés environ ! Le dauphin commun se trouve situé entre les 40è parallèles nord et sud et sa longévité à trente ans.

Aux Açores, il est rencontré fréquemment au printemps avec des dauphins bleu et blanc ou tachetés. Des groupes de quatre cent individus ont été observés.

 

-         Le Dauphin tacheté de l'Atlantique (Stenella frontalis) ou Toninha pintada aux Açores :

La taille varie entre 1,65 et 2,50 mètres pour un poids de cent quinze kilogrammes. Les tâches commencent sur le museau, puis la tête, avant de gagner la totalité du corps. Il possède un long rostre et nage vite sous la surface. Chaque mâchoire de soixante à quatre vingt quatre dents coniques. Abondant dans le golfe du Mexique et l'Amérique centrale, l'est des Etats-Unis, les Canaries ou les Açores. Du pointe vue sons, les clics émettent jusqu'à 150 kHz pour l'écholocation et 6.6 à 13.3 kHz pour la communication.

Dans l'archipel, sa couleur est différente car il développe une robe où les taches sont totalement absentes de la partie ventrale. Sa taille est plus petite.  Très joueur, il vient fréquemment à l'étrave du bateau et la rencontre est entre la mi-juillet et décembre.

 

-         Le Globicéphale Tropicale (Globicephala macrorhynchus) ou Peixe boi aux Açores :

Ce dauphin est très en longueur et une tête arrondie avec l'âge. La couleur est noire ou gris sombre et une tâche blanche de la poitrine à l'anus. Sa taille est de 5 à 7 mètres et deux à quatre tonnes pour les mâles et 3.50 à cinq mètres et 1.5 tonnes pour les femelles. Animal sédentaire, il fréquente souvent les mêmes eaux que les cachalots. Le cycle de reproduction de la femelle se situe entre trois et cinq ans. Sa longévité du globicéphale est entre quarante et soixante ans. Il émet toutes sortes de sons mais leurs fréquences n'a pas été déterminées.

Très observé avec le cachalot aux Açores entre d?avril et octobre. Un troupeau d'une centaine d'individu a été observé en juillet 1993.

 

-         Le Dauphin Bleu et Blanc (Stenella coreuleoalba) ou Toninha riscada  en Açoriens :

La taille est de 2,70 mètres maximums pour cent cinquante kilogrammes. Le rostre se distingue bien de la tête et les nageoires pectorales sont légèrement falciformes. Sa coloration varie selon les populations, gris foncé le dos, le vente blanc et surtout une ligne transversale qui part de l'oeil jusqu'à la région anale la région pectorale, le caractérise en surface. Il souffle dans tous les océans du monde par groupe de milliers d'individus. La longévité serait l'ordre de cinquante ans. Il nage à une vitesse supérieure à 25 km/h et habitué à sauter.

Commun aux Açores, il est aperçut en compagnie du dauphin commun et des groupes de centaines d'individus ont été observés.

 

-         Le Sténo (Steno bredanensis) ou Caldeirã en Portugais :

Le mâle mesure de deux à trois mètres soixante et la femelle deux mètres environs. Le poids est de cent à cent cinquante kilogrammes. Les mâchoires portent chacune de trente huit à cinquante six dents. Sa coloration donne une couleur grise foncé sur le dessus, blanc sur le ventre et des tâches claires sur les flancs. On connaît peu de chose sur ce dauphin car il est souvent en haute mer, rapide et confondu.

Un groupes de cinquante à soixante individus a été observés pendant l'été 1995. La température de l'eau, inhabituel, était particulièrement chaude (vingt cinq degrés), car cette espèce fréquente les eaux plus chaudes et ne s'aventure trop bas en Atlantique. Le groupe est resté présent entre les îles centrales de l'archipel. Il était parfois associé aux globicéphales, grands dauphins ou dauphins tachetés.

Suite >>